Ca va marcher!

Le Lycée Expérimental de Saint-Nazaire a organisé unemarche jusqu’au rectorat de Nantes du  29 avril au 2 mai,pour le maintien des deux postes menacés.

Il y a aussi une pétition ici

29/04 : Rendez-vous à 8h00 devant le lycée à St Nazaire → St Brévin → Frossay

30/04 : Frossay → Couëron

1/05 : Couëron → St Herblain

2/05 : St Herblain  → Rectorat de Nantes

Infos sur l’événement Facebook

Pour lire les articles de presse, c’est ici: Ouest-France, Presse Océan, Echo de la presqu’ïle

Pour écouter les émissions radio, c’est ici:  JetFM, Prun’

Pour regarder les émissions télé, c’est ici: Télénantes, France 3 Pays de la Loire

lycee.experimental@wanadoo.fr

Tel. : 02 40 66 78 52

Jour 1 :

Après une conférence de presse et une petite AG récapitulative, une cinquantaine de marcheur.e.s part à 8h45 chaussures au pieds, gourde en main dans l’entrain et la bonne humeur sous un soleil Nazairien.

Nous avons longé mer, Loire et canaux et le midi pique niqué au Jardin Etoilé de Paimboeuf accompagné par des médias comme France 3, TéléNantes, JetFM qui nous ont interviewé.

Nous avons ensuite repris notre route en direction de Frossay en prenant le chemin de la Loire à vélo. Le soir, après 25km de marche, un bon repas nous a été apporté par les MEES et élèves restés au lycée. Suite à ça, des temps pédagogiques ont eu lieu concluant la soirée avant de s’endormir dans nos tentes au camping de Migron.

Jour 2 :

C’est en appréciant les premiers rayons de soleil que nous petit déjeunons et entretenons une AG pour repartir de plus belle à 10h. La marche était ponctuée par nos cris de “voituuure” ou “véloooo” ainsi que par nos chants et discussions diverses et variés. Le Canal de la Martinière et ses doux recoins nous ont offert un endroit ou pouvoir déjeuner un excellent repas que nous a préparé l’équipe de gestion restée au lycée. Puis nous sommes reparti à travers de jolis petits villages jusqu’au Bac pour ensuite traverser la Loire et arriver à notre destination: l’Erdurière à Couëron. Cette deuxième journée nous a confirmé ampoules et coups de soleil, avec 29km dans les pattes.

Jour 3 :

Aujourd’hui il y a une plus petite distance donc on en profite pour faire une AG le matin pour organiser la suite et fin de l’aventure. On part donc à 14h après une séance photo au drone.

Journée compliquée car tout le monde est crevé mais on garde le sourire.

On est passé par des chemins boisés et aussi un peu par la boue.

Nous sommes enfin arrivés à Saint-Herblain et on nous appelle pour manger…

Jour 4 :

Nous arrivons devant le rectorat en chantant et à notre grand désarroi le rectorat avait décidé de se barricader. Il y avait aussi 4 camions des forces de l’ordre qui nous attendait, nous, une marche pacifique, nous, des élèves, des MEEs, des parents d’élèves et des anciens élèves.

Nous avons fait sécher les tentes devant le rectorat, distribué quelque tracts et posé le dôme

Nous avons préparé le repas du midi et demander a être reçu par le rectorat mais surtout par des décisionnaires.

Viens l’attente de l’acceptation de notre délégation composé de deux élèves, de deux MEEs et deux parents d’élèves par le rectorat, pendant ce temps là, nous avons des groupes de révisions, des groupes qui écrivent des slogans à la craie, qui dessinent sur le dôme, des chants, …

La délégation

Après ce rendez-vous nous nous sommes tous réuni en AG pour faire le point sur ce rendez-vous et la suite qu’on lui donne.

La délégation un rencontré un mur avec des arguments économiques injustifiés tandis que nous avancions des arguments humains.

Nous avons décidé de qu’une quinzaine de personnes camperont la nuit devant le rectorat puisqu’il campe sur sa position.

Ces personnes ont été délogées vers 19h15, sans heurt.

LXP en danger

Dans un contexte général de réformes éducatives visant à réduire les dépenses publiques et les heures d’enseignement, la pérennité du Lycée Expérimental de Saint-Nazaire, établissement public cogéré depuis 1982, est une nouvelle fois remise en cause.

Au moment où nous célébrions le fait de pouvoir rester dans nos locaux, nous apprenions également que nous allions perdre deux postes de membres de l’équipe éducative (MEE) à la rentrée prochaine soit une perte de 10 % des effectifs, sans aucune concertation. La situation est plus que paradoxale : alors que le ministère nous octroie un financement sur 15 ans pour mettre nos locaux aux normes PMR, le Rectorat nous enlève les moyens de faire vivre le projet de notre établissement cogéré.

A notre demande, une délégation de l’équipe éducative a été reçue au Rectorat à Nantes le mercredi 13 mars pour affirmer notre impossibilité de fonctionner à 17 MEEs au lieu de 19. Loin de toutes considérations pédagogiques, les représentant.e.s du Rectorat nous ont opposé des arguments budgétaires, nous expliquant que nous devions contribuer comme tous les établissements aux réductions d’effectifs.

Depuis 1982, l’ambition de ce lycée a toujours été de proposer une approche différente de la formation sans surcoût. L’équipe éducative assure, outre les temps pédagogiques, les tâches qui incombent ailleurs au personnel administratif, de cuisine, d’entretien. Ceci est au cœur même du projet d’établissement qui stipule  « libre-choix » et « cogestion » .

De toute évidence, le Rectorat ne souhaite pas tenir compte du caractère alternatif et expérimental du lycée dans lequel pourtant, au quotidien, nous bâtissons « l’école de la confiance » , tant promue par le ministère, au moyen de la Pédagogie Institutionnelle.

Nous avons décidé de réagir face à cette amputation des effectifs de l’équipe éducative et entamons une série d’ actions pour récupérer nos deux postes. Plus que jamais, il nous semble indispensable de défendre l’existence d’alternatives pédagogiques au sein de l’école publique afin que chaque élève trouve sa place dans le système scolaire. C’est pourquoi nous vous convions à consulter notre section “Lutte 2 postes supprimés” ainsi qu’à signer la pétition en ligne.

IMG_0002